L’Europe est la principale zone de développement de l’éolien

Symbole d’une transition énergétique mondiale plus écologique, l’énergie éolienne tend à se démocratiser partout dans le monde. Il est toutefois commun de penser que c’est en Europe qu’elle connaît son développement le plus important. Il s’agit pourtant d’une idée reçue.

 

Un parc éolien européen en pleine croissance

 

L’énergie éolienne représente aujourd’hui environ 10% de la production d’électricité en Union Européenne. Cette proportion, difficile à envisager il y a encore vingt ans, est en constante augmentation, et en corrélation avec la grande importance qu’accordent de plus en plus d’Européens aux thématiques écologiques, aussi bien en politique que dans leur façon de consommer. L’écologie est à la mode, et cela bon pour la planète. Vous pouvez suivre ce lien pour en savoir plus : http://idenvironnement.org/l-ecologie-a-la-mode-mais-bon-pour-la-planete.html . Même si l’énergie éolienne reste largement en retrait par rapport à d’autres types d’énergies, notamment l’énergie nucléaire, on assiste à une véritable prise de conscience quant aux dangers de cette dernière et des centrales qui la produisent, de plus en plus remises en question, et du caractère épuisable des énergies non renouvelables. La spécialité des Européens dans le domaine de l’énergie éolienne, c’est indéniablement la fabrication de parcs éoliens en offshore. Si ce dispositif s’épargne les nombreuses critiques formulées par ceux qui voient dans la mise en place de parcs à éoliennes la dégradation esthétique de paysages naturels ou ruraux, il bénéficie également de conditions venteuses particulièrement favorables en comparaison de celles que l’on retrouve sur la terre ferme. C’est la solution d’avenir pour beaucoup, et l’Europe, l’Allemagne largement en tête, compte déjà pour plus de 80% de l’éolien offshore mondial, avec une croissance encore accentuée en 2017. Toutefois, en dépit des progrès spectaculaires enregistrés dans ce domaine, la suprématie de l’énergie éolienne européenne dans le monde constitue bel et bien une idée reçue. Il n’y a qu’à regarder ce que font les mastodontes énergétiques américain et chinois pour s’en convaincre.

 

L’Europe toujours largement derrière les Etats-Unis ou la Chine

 

Car l’énergie éolienne progresse également de manière exponentielle au-delà du Vieux Continent. Les pays considérés comme émergents réalisent déjà d’importantes prouesses, notamment le Mexique, l’Afrique du Sud et le Brésil. Mais c’est surtout aux Etats-Unis et en Chine que le secteur de l’énergie éolienne connaît son apogée. Les deux pays représentent à eux deux près de 50% de la production mondiale. En 2016, la Chine est même passée devant les Etats-Unis en tant que plus gros producteur mondial d’énergie éolienne. Dans le sillon de sa société Goldwind, la Chine domine même aujourd’hui le secteur de la fabrication d’éoliennes, pendant des années et jusqu’à récemment toujours largement dominé par l’Allemagne et le Danemark. Si les besoins énergétiques considérables de ces deux pays, ainsi que de toutes les puissances émergentes, justifient en grande partie cet intérêt sans cesse accru vers l’éolien, il y a, en parallèle, une véritable prise de conscience écologique qui a lieu dans ces pays extrêmement pollueurs, au point de pousser les entreprises et les citoyens à privilégier les énergies renouvelables et les modes de consommation moins énergivores. On pourrait même presque dire, à l’aune des grandes transitions énergétiques mondiales, que c’est une autre idée reçue de croire que l’Europe et les Européens possèdent le monopole de la conscience écologique mondiale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *