L’énergie hydraulique

 

L’énergie hydraulique a longtemps été, en France mais aussi dans le monde entier, l’une des principales forme d’énergie. En effet, pendant des siècles, la force motrice de l’eau a été le moteur d’une part majeure de l’économie. Il s’agit aujourd’hui encore d’une importante source d’énergie renouvelable, qui peut s’appuyer sur une grande maturité technologique du fait de cette ancienneté.

 

D’où provient l’énergie hydraulique ?

Cette forme d’énergie renouvelable est issue de la force motrice des chutes et des cours d’eau. Des barrages installés sur les lacs et rivières retiennent l’eau et la conduisent à une centrale, où une turbine transforme l’énergie de la gravité hydrique en électricité. C’est donc le mouvement de l’eau, sous toutes ses formes, qui fournit l’énergie hydraulique.

 

L’énergie hydraulique dans le monde

Cette énergie représente 16 % de la production mondiale d’électricité, ce qui en fait la troisième source de production électrique ; elle est précédée par le charbon, qui en représente 41 % et par le gaz, à 21 %, et suivie du nucléaire, à 13 %. Ce sont ainsi environ 3 800 TWh (soit 3 800 milliards de KWh) d’électricité qui sont annuellement et mondialement produits à partir de l’eau, selon les derniers chiffres de 2013.

A travers le monde, une quarantaine de pays recourent à la force de l’eau pour produire plus d’un cinquième de leur électricité ; une vingtaine d’entre eux portent même cette proportion à plus de la moitié, comme la Norvège (95 %), l’Éthiopie (87 %), le Brésil (80 %), l’Uruguay (78 %) ou encore l’Islande (74 %), selon les chiffres de 2012. Les plus grands bénéficiaires de cette source d’énergie renouvelable sont les pays dont le territoire est riche en fleuves et rivières à gros débit.

On constate en outre une augmentation croissante de la production hydroélectrique, qui est passée de 1000 TWh en 1965 à plus de 3400 TWh en 2010. Les pays tirant ces chiffres vers le haut sont notamment ceux d’Amérique du Sud et ceux d’Asie. Mais le potentiel de développement est encore grand, sur ces deux continents ainsi qu’en Afrique. On estime à 15 000 TWh le potentiel hydroélectrique total de la planète, soit quinze mille fois plus que l’actuel niveau d’exploitation.

En terme de valeur électrique, le premier pays producteur d’hydroélectricité est la Chine (24% de la production mondiale d’électricité), notamment grâce au plus grand barrage mondial celui des Trois-Gorges sur le Yangzi Jiang, devant le Canada (10,5 %), le Brésil (10,1 %) qui a cependant vu ses capacités réduites par la sécheresse, et les États-Unis (7,5 %).

 

L’énergie hydraulique en France

En France, plus particulièrement, cette énergie est la deuxième forme de production d’énergie derrière le nucléaire, avec 13 % de la production énergétique totale dans le pays. EDF et Engie, par exemple, produisent de l’électricité hydrolique. Une année moyenne voit ainsi naître 67 TWh d’électricité à partir de l’eau, avec des variations en fonction des niveaux de précipitation. La pluviométrie a en effet une très grande incidence sur la production d’énergie hydraulique ; en 2011 par exemple, elle a ainsi chuté de 25,6 %, en raison de la faiblesse des pluies. Elle constitue dans le pays environ 83 % de l’énergie renouvelable produite. La production hydroélectrique française se répartit entre centrales de lac, STEP, centrales d’éclusée et centrales au fil de l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *