Le biogaz

Le biogaz est une énergie renouvelable composé essentiellement d’un mélange de méthane (CH4) et de gaz carbonique (CO2) inerte. Il ne faut pas le confondre avec le gaz d’origine fossile. Le biogaz est un combustible est produit par la fermentation de matières organiques en l’absence d’oxygène. La méthanisation peut se faire de manière naturelle ou de façon artificielle dans des digesteurs. Il permet ensuite de servir à la production de chaleur, d’électricité ou de biocarburant.

Cette énergie verte se trouve notamment dans les champs,les décharges, les boues des stations d’épuration, les effluents d’élevages ou des industries ou encore dans le fond des lacs et des marais. On peut donc en trouver dans beaucoup d’endroits sur la planète et ne nécessite pas de traitement complexe ou de procédé d’extraction. Cela a permis à la consommation mondiale d’augmenter en moyenne de 3,5 % par an de 1965 à 2000. Il deviendra donc probablement un combustible non-fossile dominant dans les années à venir. En effet, en France, la loi dite transition énergétique a fixée un objectif de 10% de la consommation totale de gaz des français en 2030. Les opérateurs de réseaux envisagent même 100% de gaz vert en 2050.

On peut cependant reprocher à cette énergie naturelle d’avoir un effet de serre important notamment à cause du méthane qu’il contient et au dioxyde de carbone qu’il dégage durant sa combustion. Il a néanmoins de nombreux avantages à son actif : il permet de réduire la consommation d’autres carburants telles que le diesel ou l’essence mais aussi d’autres énergies fossiles et nucléaires. Il permet également à des agriculteurs notamment d’avoir une source de revenus complémentaire grave à sa vente à des sociétés spécialisées.

Le biogaz naturel peut également être injecté sur le réseau de gaz naturel moyennant épuration. Il peut servir de combustion dans un moteur ou une petite turbine, pour produire de l’électricité injectée sur le réseau. Il peut également alimenter des

centrale thermoélectrique, cimenterie ou encore des serres. Il convient de noter cependant que pour injecter ce type d’énergie dans le réseau il faut extraire le CO2, l’eau et les composés soufrés. En épurant le biogaz on pourra obtenir du biométhane pour qu’il soit utilisé comme carburant ou injecter dans réseau pour le chauffage et la cuisson. En revanche, pour produire de l’électricité, le biométhane n’est encore pas très rentable. C’est la raison pour laquelle, lorsque cela n’est pas nécessaire, on se contentera d’enlever les impuretés pour pouvoir l’utiliser.

Les ambitions sont grandes pour cette source d’électricité naturelle mais en France en 2015, il y avait encore 42,3 % issue du nucléaire, 30,1 % de l’industrie pétrolière et 14,2 % de gaz contre seulement 9,4 % d’énergies renouvelables. L’avenir nous dira donc si la biomasse évolue dans le bon sens et si les préconisations sont prises en compte par les réseaux, les distributeurs et par les consommateurs qui sont les seuls à pouvoir véritablement changer la donne. Pour trouver des informations précises sur ce sujet, vous pouvez vous rendre sur l’un des sites suivants : http://www.biogaz-energie-renouvelable.info/ ou http://www.enr.fr/le-biogaz.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *