Bois énergie

La France est un pays très bien pourvu en ressources forestières. 1/3 de son territoire est occupé par de la forêt. Le bois représente presque la moitié des énergies renouvelables par opposition aux énergies fossiles telles que le pétrole.

 

LA NOTION DE « BOIS-ENERGIE »

La matière première issue des forêts est destinée à de multiples utilisations :

chauffage individuel, collectif ou industriel. C’est sous forme de plaquettes, sciure, granulés, bûches et autres dérivés boisés (cagettes, cageots, palettes…) que les troncs d’arbres sont exploités. Ce combustible est renouvelable car on peut (re)planter des forêts gérées de manière responsable.

http://www.enr.fr/actualite/371/Le-chauffage-au-bois-une-energie-d-avenir

Cela s’inscrit d’ores et déjà dans le plan européen d’énergie fixé pour 2020. Au niveau national, la loi Transition Energétique pour une Croissance Verte permettra à la France de dépasser 20% d’énergies renouvelables.

 

LE CAPITAL BOIS-ENERGIE EN FRANCE

La forêt s’accroît plus que la quantité de troncs d’arbres coupés pour la transformation en énergie. Le ratio est de 1 pour 2.

La proportion destinée à la construction sur un arbre est de 60%. Le reste sert ou peut servir à de la valorisation énergétique. Un arbre peut ainsi dégager plusieurs ressources sans représenter le moindre déchet.

Lors de la coupe et du traitement du bois, des débris du type écorce, copeaux peuvent donner lieu à exploitation pour le chauffage.

Enfin, le bois ayant déjà eu une utilisation dans la construction, l’industrie, l’agro-alimentaire peut avoir une deuxième vie. On parle ici de cagettes, cageots, palettes, briquettes, charpentes. Ils serviront notamment en tant que combustibles.

 

POURQUOI LE BOIS EST-IL UNE ENERGIE D’AVENIR ?

La France en a beaucoup et de plus en plus à disposition. Les ressources forestières font partie de plans de gestion durable. Le territoire est extrêmement bien couvert par les massifs boisés. Cela favorise les exploitations locales.

Le bilan carbone pour le transport des troncs est ainsi maîtrisé. Le modèle économique français fonctionne bien. La France est donc autonome. Les coûts de production ne fluctuent pas selon les valeurs financières des autres énergies.

Ces massifs sont des piégeurs de gaz carbonique qui est nocif pour l’atmosphère et contribue au réchauffement climatique.

La filière arboricole respecte des engagements de qualité :

– certification des forêts ;

– choix des calibres, de l’humidité, du type d’essence en fonction des utilisations ;

 

Les résineux des forêts landaises sont impropres pour se chauffer.

– machines d’exploitation et de transformation innovants dans le respect de l’environnement et tournés vers un rendement meilleur ;

– label Flamme Verte qui garantit la limitation des particules fines pour certains appareils.

Les équipements de chauffage ont énormément évolués en terme de rendement et surtout de pollution (30% de réduction des émissions de particules fines). Les crédits d’impôts créés par le biais de la Transition Energétique favoriseront le renouvellement des appareils de chauffage. Le Fonds Air, par le biais des collectivités territoriales, a été initié dans la même perspective. De plus, le taux de TVA sur le bois de chauffage est de 5,5%.

Des labels encadrent la filière arboricole :

– NF Biocombustibles solides

– DinPlus et ENplus

– France bois Bûche

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *